Maladies respiratoires félines: choses à savoir pour mieux les contrôler et les prévenir

Hier dans l’avion j’ai commencé à lire un livre très intéressant intitulé « Gestion des maladies infectieuses en refuge » (titre original “Infectious Disease Management in Animal Shelters”, comme son  nom l’indique c’est tout en anglais) J’ai alors repensé au fait que cela faisait un moment que je n’avais rien écrit le blog de notre Elite Shelter Club. Manque d’inspiration peut-être… mais bonne nouvelle, au fur et à mesure que j’avançais dans ma lecture, celle-ci revenait ! 

Le chapitre sur les maladies respiratoires felines (ou coryza félin – si vous n’êtes pas familier avec ce syndrome, jetez un coup d’œil à la photo ci-dessous !) m’a particulièrement captivé. En effet, chaque fois que je discute chats avec nos partenaires en refuge, c’est généralement LE sujet abordé ! Et je pense que la première phrase de ce chapitre qui leur était dédié résumait parfaitement les situations rencontrées : « L’élimination des affections du haut appareil respiratoire dans l’espèce féline est virtuellement impossible en refuge à cause de l’existence d’individus porteurs sains, du haut potentiel infectieux des agents pathogènes impliqués, de leur facilité à se transmettre dans cet environnement, du fait que les protocoles de vaccination ne préviennent pas l’infection et l’excrétion  future et finalement car les chats peuvent malheureusement se réinfecter. » Pour faire court (et je pense que nous serons tous d’accord là-dessus): difficile de s’en débarraser!

 Les mesures preventives restent comme toujours la clé, et les auteurs du livre ont discuté plusieurs éléments à prendre en considération pour minimiser l’impact de ces maladies sur les collectivités félines. Des éléments que bien évidemment, il me semblait important de partager avec notre communauté ! L’information est abondante aussi ai-je décidé de faire une série de plusieurs blogs pour vous donner le plus d’infos possibles sur ce sujet. Pour commencer aujourd’hui : comment diminuer de façon efficace la quantité d’agents pathogènes dans l’environnement.  

- Eviter la surpopulation : je suis d’accord, c’est plus facile à dire qu’à faire sur le terrain. Quand peut-on réellement parler de problème de surpopulation dans un refuge ? Tout simplement quand vous avez plus d’animaux que ce dont vous pouvez vous occupez.  Plus vous avez d’individus dans votre collectivité féline, plus le niveau de stress est élevé… ce qui favorise l’apparition de cas de coryza félin. Dans ces conditions il est de plus souvent difficile de prodiguer les soins nécessaires à tous les animaux qui en ont besoin, ce qui là encore favorise la propagation des maladies respiratoires dans la collectivité.

 - Nettoyer et désinfecter: j’ai déjà écris un post sur la difference entre nettoyage et désinfection et si vous souhaitez vous rafraîchir la mémoire sur le sujet,je vous invite à le consulter. Mais comme toujours, c’est là la partie-clé de la lutte contre les maladies infectieuses en collectivité. Nous savons cependant que lors de la réalisation du nettoyage puis désinfection, manipuler de façon excessive les animaux peut être stressant pour les animaux et ainsi à nouveau favoriser l’apparition de cas de coryza. C’est pourquoi certains refuges ont adopté l’utilisation du spot-cleaning plutôt que les procédures classiques. Cependant, un protocole de nettoyage/désinfection complet doit toujours être réalisé dans les locaux où les animaux sont en groupe ou lors du départ d’un chat et avant de réintroduire un nouvel individu dans cette cage. Comme vu plus haut, le coryza est un syndrome, causé par différents virus et bactéries. Certains de ces agents peuvent survivre longtemps dans le milieu extérieur, le plus résistant d’entre eux étant sans aucun doute le calicivirus félin. Comme c’est le plus difficile à éliminer, c’est celui que les mesures de nettoyage/désinfection doivent viser en priorité… et rappelez-vous que pas tous les désinfectants ne seront efficaces pour s’en débarrasser (voir tableau ci-dessous)! Comme la transmission peut se produire également via des objets du milieu, les gamelles d’eau et de nourriture, les jeux et tout autre équipement en contact avec les chats doivent, entre chaque animal, être également lavés et désinfectés.  

 

- Se laver les mains: se nettoyer les mains de façon régulière est de la plus haute importance. En éliminant ou diluant les agents bactériens et viraux portés par les mains, les membres du staff sont moins susceptibles de transmettre ces agents d’un chat à un autre. Des produits contenant 70% d’alcool sont généralement recommandés et sont efficaces contre les bactéries et les virus enveloppés… mais sur les virus nus comme le calicivirus, leur efficacité reste limitée.  Des recherches sont actuellement en cours pour obtenir de meilleures solutions, mais pour le moment, se laver les mains régulièrement ou changer souvent de gants (recommandé en particulier quand on travaille avec des animaux malades) sont les meilleures solutions qui peuvent être proposées.

 - Contrôler les paramètres d’ambiance au sein du refuge: ventilation, temperature et humidité sont des paramètres clés à contrôler pour mieux lutter contre/prévenir  les maladies respiratoires félines. Une bonne ventilation optimisera le niveau d’humidité et réduira les particules en suspension et les vapeurs d’ammoniac qui augmentent le risque de coryza. Dans les refuges où ces problèmes sont fréquents, il ne faut pas hésiter à consulter un expert en ventilation pour s’assurer que le système fonctionne de façon appropriée. Les collectivités animales nécessitent 10 à 12 renouvellement d’air par heure, alors que les températures doivent être comprises entre 18ºC et 24ºC et le taux d’humidité entre 35-45%.

Il reste encore de nombreuses choses à dire sur le coryza félin, aussi restez connectés, la suite ne saurait tarder !

Nous sommes tous membres à part entière de cette communauté PRO que nous essayons de bâtir ! Aussi n’hésitez pas : partagez vos expériences, posez nous vos questions et donnez votre avis ! Les réseaux sociaux permettent aujourd’hui que la discussion continue, aussi que vous soyez accro à Facebook ou fan de Twitter, vous pouvez –et devriez !- en faire partie !

Vues : 402

Balises : chat, coryza, maladie, respiratoire

Commenter

Vous devez être membre de Royal Canin Programme Refuges pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Royal Canin Programme Refuges

Membres

© 2020   Créé par Royal Canin Canada.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation