Je reviens tout juste d’une semaine au Québec, pendant laquelle j’ai visité et animé des séminaires pour nos partenaires en refuge. Une chose que tous m’ont dit : refuges=challenges. La meilleure façon de les prévenir ? Dans un milieu tellement sujet à risques, être consistant dans toutes les démarches entreprises : consistant dans son approche pour maîtriser les risques liés aux maladies infectieuses, consistant dans son plan de nettoyage-désinfection, consistant dans les examens cliniques quotidiens… Et également être consistant pour ce qui touche à la nutrition des animaux de la structure.

Pour citer un des textbook de médecine vétérinaire en refuge: « Une alimentation de qualité est un élément essentiel et critique de la stratégie sanitaire du refuge: celle-ci est essentielle au maintien des animaux en bonne santé et est un outil thérapeutique dont l’importance est souvent sous-évaluée. »

 

Etre constant sur l’aliment : important en refuge ?

 

C’est un fait : de nombreux refuges se reposent sur les donations pour nourrir leurs animaux. Soyons bien clair, je comprends tout à fait à quel point ces donations sont importantes en refuge, et suis tout à fait conscient que celles-ci ne devraient jamais être déclinées. Cependant, quand celles-ci concernent l’alimentation, cela signifie souvent que, pour nourrir les animaux du refuge, différents sacs de différentes marques seront disponibles à différentes périodes. Du coup, les animaux mangent quasi-constamment quelque chose de différent. Il faut bien garder à l’esprit que le système digestif de nos chiens et chats n’est pas bien adapté à des changements aussi fréquents (voir photo ci-dessous). Chez certains individus, cela aura pour le coup des conséquences : des diarrhées fréquentes pourront être observées, ce qui s’en ressentira alors sur les frais vétérinaires de la structure, en particulier si un traitement est alors requis. C’est pourquoi il est important de rester consistant sur la marque/ le(s) produit(s) utilisés dans le cadre du refuge. Je sais, plus facile à dire qu’à faire… Il y a pourtant des solutions. Pour répondre à ce besoin de consistance, certains refuges recommandent à leurs donateurs certains aliments bien spécifiques. Les compagnies de petfood proposent également des programmes pour les refuges (à Royal Canin, le programme s’appelle Elite Shelter Club, n’hésitez pas à contacter l’un de nos représentants PRO pour en savoir plus).

   

A ne pas négliger également : constance sur le plan d’alimentation

 

Plus que l’aliment en lui-même, la façon dont celui-ci est utilisé est également un point critique. De ce que je vois et entends, il n’est pas rare que les personnes en charge de nourrir les animaux ne prêtent pas toujours attention à la quantité d’aliment… Certains animaux reçoivent pour le coup trop à manger, ce qui pour le refuge et pour le santé n’est pas forcément sans conséquences :

-          Gaspillage : pour sûr quelque chose que l’on veut éviter en refuge ! Gardez à l’esprit que pour éviter toute altération du produit, il est recommandé d’éliminer tout aliment non consommé après 24 heures lorsqu’il s’agit de nourriture sèche type croquette ou quelques heures après s’il s’agit d’aliment humide (type cannes).

-          Atteintes gastro-intestinales : certains chats et chiens ont parfois tendance à être particulièrement voraces et à surconsommer (les Labradors sont généralement un très bon exemple en ce sens). Cela augmente les risques de vomissements (surtout chez le chat où l’estomac a une moindre capacité à se contracter que chez le chien) voire de diarrhées (ce que l’on décrit souvent sous le terme de diarrhées de surconsommation : après avoir trop mangé, les capacités digestives de l’animal sont dépassées, conduisant pour le coup à de la diarrhée).

-          Prise de poids : si l’animal mange régulièrement trop, il reçoit pour le coup un surplus énergétique qui est convertit en matière grasse… Sur le long terme, cette accumulation conduit au développement d’une obésité, accompagnée de toutes les conséquences qu’on lui connait (risques accrus de maladies cardio-vasculaires, problèmes articulaires, etc.). 

Vous comprenez donc qu’en refuge, il est important de toujours donner la quantité adéquate de l’aliment adapté. Et que ce sont des éléments sur lesquels il faut toujours s’attarder. Une approche zootechnique est toujours de mise en refuge et la nutrition est un domaine où ceci est également de mise.

Ressource additionnelle: nous avons récemment organisé un webinar sur l’importance de la nutrition en refuge. La vidéo est partagée juste en dessous, n’hésitez pas à la consulter pour en apprendre sur cette approche zootechnique si importante en refuge. Nous avons également reçu des questions des personnes qui y ont assisté, vous pouvez retrouver le FAQ ici Si vous avez d’autres questions, n’hésitez également pas à les poser, elles sont bien évidemment les bienvenues !

"On gagne toujours à investir dans le savoir.“ Benjamin Franklin. Si ce post vous a plu, partagez-le ! Cela permettra de diffuser l’information au sein de notre communauté PRO! Et restez en contact avec nous pour recevoir toutes nos dernières publications. Pour cela il suffit de cliquer sur une des icônes ci-dessous !

Vues : 163

Balises : alimentation, chat, chien, consistance, diarrhée, nourriture, nutrition, refuge, vomissement

Commenter

Vous devez être membre de Royal Canin Programme Refuges pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Royal Canin Programme Refuges

Membres

© 2021   Créé par Royal Canin Canada.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation