On m’a fait passer la semaine dernière  un article sur une épidémie de gastro-entérites hémorragiques affectant la population canine d’un refuge local. De ce que j’ai pu lire, la parvovirose canine était le principal suspect. Rien d’étonnant malheureusement : en refuge, cette maladie est  en effet une des plus fréquemment rencontrée. Mais quelque chose d’autre a attiré mon attention, il était aussi écrit : «  les chats ne courent aucun risque ». Et pour moi, il y avait quelque chose qui ne sonnait pas tout à fait juste. Pourquoi ? A cause de ce nouveau variant appelé CPV-2C…

CPV est l’abréviation utilisée pour Canine ParvoVirus : très contagieuse – et souvent fatale pour les chiots et individus non vaccinés-, cette entérite canine peut être causée par différents variants du virus CPV-2. Aussi comme vous pouvez le deviner après lecture de ces quelques lignes, il n’y a pas un mais plusieurs de ces virus, des variants répondants aux « doux » noms de CPV-2a, CPV-2b et aussi ce fameux CPV-2c sur lequel j’écris ce post aujourd’hui.

A l’origine, CPV-2c a été isolé en Italie en 2000. Il s’est rapidement répandu et est aujourd’hui l’un des principaux variants retrouvés à travers le monde. Il est bien présent en Amérique du Nord. Et mauvaise nouvelle pour les refuges, ce variant affecte aussi bien l’espèce canine… que féline. D’un point de vue clinique chez le chat, il causera la même gastro-entérite hémorragique qui est observée chez les animaux souffrant de panleukopénie. [D’ailleurs, la panleukopénie féline est une affection virale causée par un parvovirus félin (FPV)].    

Bonne nouvelle cependant, nos tests diagnostiques utilisés en routine sont capables de détecter ce nouveau virus, et des données récentes semblent valider le fait que l’efficacité des vaccins actuels n’est pas affectée. Pas besoin non plus de faire un typage de la souche virale chez les chiens et chats parvo-positifs, si c’est CPV-2c qui est impliqué, le même traitement que lors de n’importe quel cas de parvovirose pourra être appliqué.

En refuge, lorsque l’on est confronté à une épidémie de parvovirose, des mesures sanitaires spécifiques sont généralement nécessaires (isolation des individus affectés, utilisation de désinfectants spécifiques, gestion des déplacements du personnel,…). Par conséquent gardez toujours en mémoire qu’aussi bien chiens ET chats sont sensibles à ce nouveau virus (de même que les furets et les raton-laveurs) : limiter ces mesures à une seule espèce pourrait être un grand danger !

Nous sommes tous membres à part entière de cette communauté PRO que nous essayons de bâtir ! Aussi n’hésitez pas : partagez vos expériences, posez nous vos questions et donnez votre avis ! Les réseaux sociaux permettent aujourd’hui que la discussion continue, aussi que vous soyez accro à Facebook ou fan de Twitter, vous pouvez –et devriez !- en faire partie !

Vues : 184

Balises : chat, chien, infectieuses, maladies, parvovirose

Commenter

Vous devez être membre de Royal Canin Programme Refuges pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Royal Canin Programme Refuges

Membres

© 2019   Créé par Royal Canin Canada.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation