Chaque refuge est unique. Dans son organisation, dans les challenges auxquels il fait face. Ainsi que dans sa population animale. 

 

J'avais auparavant cette idée que les animaux de refuge, à leur arrivée dans la structure, étaient tous jeunes et maigres. Et que peu de soins leur avaient été prodigués par leur ancien propriétaire. Il ne m'a pas fallu longtemps pour me rendre compte que c'étaient là des idées reçues. La réalité du terrain allait s'avérer bien différente.  

 

La population d'un refuge comprend généralement plus de chats que de chiens. Dans certaines zones rurales, j'ai pourtant vu complètement l'inverse. Dans les structures que je visitais, je m'attendais à voir essentiellement de jeunes adultes. J'y ai pourtant rencontré un grand nombre de chiots et chatons. Des seniors également. Je croyais qu'ils seraient tous maigres. J'ai vu des animaux en surpoids, voire obèses. 

 

D'un refuge à l'autre, il y a bien évidemment des similarités. Mais comme je l'ai écrit au début de ce post : chaque refuge est unique. L'unique réflection de la communauté qui l'entoure.  

 

Pourquoi est-ce si important en termes de nutrition ? Alors que nous nous en allons de plus en plus vers la nutrition individualisée de l'animal de compagnie, cette approche n'est malheureusement pas toujours compatible avec la réalité des refuges. Il est généralement difficile, pour ne pas dire impossible, d'utiliser une grande variété d'aliments pour satisfaire les besoins nutritionnels de chaque individu dans ce type de structure. Des compromis doivent souvent être faits. Il faut alors penser en termes de population, plutôt qu'en termes d'individu. 

 

Quels aliments choisir du coup ?  Ma recommandation : pour prendre la meilleure décision, commencer par définir votre population type (familles d'accueil inclues). 

 

 —> Pensez taille : dans ce domaine, les chats représentent généralement une population assez homogène (il est probable que vous croisiez de temps à autre un Maine Coon, mais quand même). Pour les chiens, c'est tout l'inverse. L'espèce canine représente l'espèce sur Terre où les plus grandes variations morphologiques s'observent. Et en termes de digestion, cet effet taille est indéniable. Les petits chiens sont ainsi prédisposés à faire de la constipation, alors que chez les grands chiens, des selles molles seront plus fréquemment rencontrées. 

 

Astuce pratique : catégoriser votre population canine en fonction de la taille des animaux : petits (<10kg à l'âge adulte), moyens (10-25kg), grands (25-45kg) ou géants (>45kg). Ensuite choisissisez l' (les) aliment(s) qui conviendra(ont) à votre sous-population la plus importante.

 

—> Pensez stade de vie : une certitude, des aliments de maintenance pour adultes seront requis. Mais des solutions pour la croissance seront aussi à considérer si votre structure a régulièrement à faire avec des chiots ou des chatons. En effet les nouveau-nés ont besoin de lait maternisé dédié (voir ici pourquoi ) . Pour limiter les risques de maladies digestives, le sevrage nutritionnel des jeunes doit être conduit de façon appropriée (voir comment chez le chiot et le chaton ). 

 

Astuce pratique :Tenez-vous toujours prêt, en particulier quand approche la saison du chaton ( voir ici ). Formez votre staff et vos familles d'accueil sur comment utiliser les produits que vous avez sélectionnés. Et ayez-les toujours à disposition, car vous ne savez jamais quand vous pourriez en avoir besoin. 

 

—> Pensez Stérilisation : pas besoin de vous convaincre je pense que la surpopulation animale est un problème. C'est la raison pour laquelle vous avez des programmes de stérilisation en place. Mais saviez-vous que les animaux stérilisés ont tendance à consommer 30% de plus alors que leurs besoins énergétiques quotidiens sont en même temps diminués de 20-30% ? La prise de poids est en effet l'effet secondaire le plus souvent rencontré chez les animaux stérilisés. Si votre population résidente compte un grand nombre d'animaux stérilisés, des modifications nutritionnelles devront sans doute s'imposer. N'oubliez pas non plus d'en discuter avec les adoptants car ils ne sont généralement pas au courant : vour ferez une réelle différence en les éduquant sur le sujet.

 

Une fois que vous avez défini la population type de votre refuge, il est temps de se pencher sur l'aspect comptable pour prendre la meilleure décision possible. En refuge, n'hésitez pas à investir dans la nutriton. En effet, nutrition adaptée = animaux en meilleure santé. Et il n'est pas impossible que vous voyez alors vos frais vétérinaires baisser. 

"On gagne toujours à investir dans le savoir.“ Benjamin Franklin. Si ce post vous a plu, partagez-le ! Cela permettra de diffuser l’information au sein de notre communauté PRO! Et restez en contact avec nous pour recevoir toutes nos dernières publications. Pour cela il suffit de cliquer sur une des icônes ci-dessous !

Vues : 101

Balises : chat, chaton, chien, chiot, nutrition, refuge

Commenter

Vous devez être membre de Royal Canin Programme Refuges pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Royal Canin Programme Refuges

Membres

© 2019   Créé par Royal Canin Canada.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation