Rage: un réel risque ! 5 choses à savoir quand on travaille en refuge !

Cet été en Amérique du Nord, de nombreux cas de rage ont été rapportés : Maryland, Colorado, Texas, Floride… Dans certains cas, des animaux sauvages comme les ratons-laveurs étaient impliqués. Dans d’autres, on parlait de chiens et de chats, et des êtres humains qui y avaient été exposés. Et c’est quelque chose que l’on pouvait lire partout, dans les journaux, sur internet… Pourquoi tant de remue-ménage ? Parce que  pour l’espèce humaine, le virus de la rage est l’un des plus dangereux qui puisse existe ! Le risque est bien réel en Amérique du Nord à cause de l’énorme réservoir que représente la faune sauvage (renards, loups, coyotes, porc-épics, ratons laveurs, chauve-souris…). Et dans certains environnements, le risque est bien plus grand : saviez-vous par exemple que le risque d’exposition pour cette maladie est 300 fois plus important pour un vétérinaire que pour le reste de la population ? Je n’ai pas trouvé de données concernant le risque pour les personnes travaillant dans un refuge, mais, en sachant quels types d’animaux ces personnes fréquentent au quotidien (animaux sauvages, chiens et chats au statut sanitaire généralement inconnu), je ne miserai pas forcément sur un risque moins élevé…  

Ok donc, il y a un risque. Mais que peut-on faire pour diminuer celui-ci ? Par chance, il y a toujours quelques trucs et astuces !

1/ La chose la plus importante à mon sens dans un environnement om le risque existe: demander à recevoir une vaccination antirabique! Dans un monde parfait, tout vétérinaire, technicien en santé animale, soigneur, contrôleur animalier, biologiste, etc devrait être vacciné !

2/ La rage se transmet principalement après morsure par un animal qui excrétait du virus dans sa salive. Rappelez-vous que TOUS les mammifères y sont susceptibles ! Faites toujours preuve d’extrêmes précautions quand vous manipulez des animaux nouvellement arrivés dans votre structure ! Gardez également à l’esprit que la morsure n’est pas la seule voie de transmission : même si c’est très rare, la rage peut aussi se transmettre par voie intranasale ou par ingestion. Manipulez toujours ces animaux nouveaux arrivants avec des gants et après, lavez-vous les mains correctement !  

3/ La période d’incubation de cette maladie va de 3 à 24 semaines après contamination (en moyenne 3 à 8 semaines) et 2 à 24 semaines chez le chat (en moyenne 4 à 6 semaines) – une chose à garder à l’esprit, en Amérique du Nord les cas de rage féline sont aujourd’hui plus fréquent que ceux rapportés dans l’espèce canine. Qu’est ce que cela signifie en refuge ? Tous les nouveaux arrivants devraient être hébergés séparément. En fait, quand c’est possible, l’hébergement séparé des animaux devrait être une priorité, chez les chats en particulier. Vous pensez que ce n’est pas important ? Cliquez ici pour lire cette triste histoire au sujet d’un refuge dans le Dakota du Nord…  

4/ Sachez quand suspecter cette maladie : la rage doit être suspectée chez tous les mammifères qui développent de façon soudaine des troubles du comportement ou une paralysie. Beaucoup d’information est déjà disponible sur le sujet mais j’ai visionné dernièrement une très bonne vidéo sur Youtube sur le sujet que je ne saurai que trop conseiller ! N’hésitez pas à la partager avec vos nouveaux adoptants également, c’est une bonne façon de leur rappeler combien il est important de vacciner. La meilleure façon en effet de contrôler la rage dans une population canine est en effet qu’au moins 70% de sa population soit vaccinée. Idem pour les chats qui plus est !

5/ Malheureusement malgré toutes vos precautions vous vous êtes fait mordre (par un chien, un chat, un raton laveur…). C’est une chose qui arrive même au meilleur, mais il est important de toute suite prendre les mesures adaptées. En premier lavez de façon approfondie la plaie à l’aide d’éthanol (45% ou plus) ou de povidone iodée (Bétadine®). Une fois cela fait allez immédiatement voir votre médecine et mentionnez bien que vous travaillez dans un environnement où le risque est grand : il prendra alors les mesures appropriées (incluant la vaccination) pour être sûr que vous ne soyez pas infecté ! N’attendez pas il y a un réel danger ! Et rappelez-vous : une fois l’infection déclarée chez l’homme, il n’y a AUCUNE façon de traiter…

Le risqué lié à la rage doit toujours être pris avec sérieux. Comprenons nous bien, cela ne veut pas dire qu’il ne faut plus se porter volontaire en refuge, ces structures auront toujours besoin de l’énergie et de la bonne volonté de gens passionnés ! Mais il est important d’être conscient  sur la façon de comment se protéger au mieux. C’est également quelque chose que vous pouvez aborder avec vos nouveaux adoptants, en leur expliquant bien qu’ils ont tout intérêt à vacciner. Plus il y a d’animaux vaccinés en effet, plus le risque est limité…

Nous sommes tous membres à part entière de cette communauté PRO que nous essayons de bâtir ! Aussi n’hésitez pas : partagez vos expériences, posez nous vos questions et donnez votre avis ! Les réseaux sociaux permettent aujourd’hui que la discussion continue, aussi que vous soyez accro à Facebook ou fan de Twitter, vous pouvez –et devriez !- en faire partie !

Vues : 155

Balises : rage, refuge

Commenter

Vous devez être membre de Royal Canin Programme Refuges pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Royal Canin Programme Refuges

Membres

© 2019   Créé par Royal Canin Canada.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation